A Travellerspoint blog

13 au 18 juin

all seasons in one day 37 °C
View Burkina Faso 2012 on Travelling_rox's travel map.

13 juin. Mercredi, donc, jour de visite éducative. Aujourd'hui, on se rend à Takaledugu (prononcer Takaledougou). Il s'agit d'un village près de Banfora. Nous y visitons l'installation d'un regroupement de producteurs de fruits et de légumes qui est partenaire de l'association Munyu. Ils y font la transformation de la Mangue biologique (séchage). De plus, ils emploient presque exclusivement des femmes. Comme la région produit énormément de mangue, il y avait beaucoup de pertes.
À l'arrivée, on remarque immédiatement l'odeur sucrée émanant des énormes tas de mangues placés près du bâtiment. B2_080.jpgB2_078.jpg
Avant d'entrer dans l'usine, tous retirent leurs souliers.
Photos_Fethi_026.jpg
Dans la première pièce, des femmes retirent, dans un silence religieux, les peaux des fruits.
Photos_Fethi_013.jpg
Ceux-ci sont ensuite coupés et placés sur des filets métalliques coincés dans un cadre de bois. Les plages ainsi formées sont mises au four et des employés en assurant la rotation 24h sur 24, afin que rien ne brûle. Des femmes séparent ensuite les fruits des filets, toujours en silence.
Photos_Fethi_017.jpgPhotos_Fethi_019.jpg
À la sortie de l'usine, alors que nous discutons avec le patron, en dégustant un bol de mangues séchées.
Photos_Fethi_029.jpg IMG_0200.jpg
Celui-ci ordonne quelque chose à un employé, en Dioula. L'employé revient bientôt avec un énorme sac de mangues séchées, que le patron nous offre.
La visite terminée, on retourne à Banfora. On décide alors de se faire un déjeuner entre filles. En fait, comme Fethi a perdu un plombage en mangeant les mangues, il doit aller à l'hôpital, et Alex préfère manger à la maison. On se gâte. On mange au Calypso, un restaurant "de luxe", servant un menu à l'occidentale. Leurs steaks sont carrément fous!
Conformément à la loi non-écrite des aléas africains, notre réunion de 15h30 est reportée à 17h. Il faut dire que la réunion avait déjà été annulée en début de semaine. En attendant, on se rejoint tous chez Tanti Karama, afin de faire la sieste sur le plancher du salon du Pavillon qu'occupe Alex.
Le soir, il était prévu qu'on aille écoute la partie de l'Allemagne contre les Pays-Bas. Problèmes de communication, l'endroit diffusant la partie n'offre ni boissons ni nourriture. Par conséquent, on se retrouve, Alex, Fethi, Mélanie, Myriam, Samuel et moi, dans un Maquis, à manger du poulet grillé de descendance quasi-divine (bref, il est bon).

14 juin. Journée intensive de travail. Fethi est absent, car il doit retourner à l'hôpital pour son plombage. Au déjeuner, je goûte à du jus de "pois de terre". C'est laiteux et sucré, un peu comme du lait de soya. Autre découverte du jour, le yaourt degue (boules de mil). En gros, le même yaourt nature sucré, mais avec des mini-boules de mil ramolli dedans. Le degue, ça fait penser à du mini-tapioca.

15 juin. Vendredi. Mélanie arrive en retard, un pneu de son vélo a crevé. Fethi retourne, encore, à l'hôpital, car le plombage est retombé. Comme j'ai appris mercredi que je donnerai une formation sur l'archivage et le classement de fichiers, je travaille beaucoup sur ce dossier là.

16 juin. De bon matin, je me rends, en compagnie de Marie-Christine, au marché, afin d'acheter des pagnes. Je prends donc un pagne complet (3 pagnes d'environ 1.5m chacun) d'un bon tissu coloré, un pagne rouge et un pagne pour pantalons, bleu. Total de la facture, 11 000 francs CFA, soit 22 dollars environ.

À propos des pagnes. Le terme "Pagne" désigne à la fois le tissu, l'unité de mesure pour la vente de ceux-ci (environ 1.5m de long) et un morceau de tissu arrangé pour être utilisé comme un paréo. En général, il suffit d'un pagne (la mesure) par morceau de vêtement.

En nous rendant chez le couturier, on arrête chez Tanti Karama, puisque Alex souhaite venir avec nous. Je m'entends avec le couturier sur les pantalons bleus (1500 FCFA) et il me coud gratuitement mon pagne (celui qui fait penser au paréo, vous suivez toujours?). Par contre, pour l'ensemble pantalons/camisole que je souhaitais faire faire, on arrive plus à trouver le modèle. Nous devons donc faire un aller/retour à la maison pour aller chercher celui de Marie-Christine. Total de la facture (tissu et main d'œuvre): Ensemble pantalons/camisole 20$, pantalons bleu 6$.
Après le déjeuner, des enfants des voisins arrivent en courant dans la cour, en criant en Dioula. Je comprends, à travers, qu'il est question de vaccination. Steve part à la course avec ses camarades et Matis refuse d'y aller. Marie-Christine le prend de force, dans ses bras, et on part. Oui oui, je suis allée avec eux. Dur d'y croire, non? Bref, une voisine, infirmière, a rapportée à la maison une dizaine de vaccins contre la méningocoque, qu'elle administre gratuitement aux enfants.

Vers 14h, on se rejoint chez Alex. On s'entasse en voiture.
Photos_Fethi_062.jpgPhotos_Fethi_064.jpg
Direction, Lac Tengréla. Le lac abrite une trentaine d'hippopotames. Après plusieurs arrêts, notre chauffeur voulant saluer son frère et faire des courses, on part enfin de Banfora. La route est coupée de "déviations", des détours dans les champs. Ils sont tellement accidentés et boueux que deux camions y sont coincés. On les traverse à pied afin d'alléger la voiture. Ouf, ça passe, de justesse.

Premier arrêt, les caïmans. Une dizaine de caïmans, coincés dans un enclos de ciment.
2012-06-16__1_.jpg
C'est un peu triste, et ça pue! Un arbre pousse au centre de leur enclos. Des dizaines de nids d'oiseaux y sont accrochés. Ils aiment visiblement vivre dangereux, ceux-là. Deuxième arrêt, le Baobab sacré.
2012-06-16__4_.jpg2012-06-16__5_.jpg
Il est tout simplement énorme. La légende dit que son tronc, creux, aurait abrité les villageois des envahisseurs musulmans. Les abeilles cachant l'entrée. Ces dernières occupent toujours une branche de l'arbre, leur ruche s'étendant sur plus d'un mètre. 2012-06-16__10_.jpg
On visite l'intérieur de l'arbre, qui est incroyablement frais.
2012-06-16__6_.jpg2012-06-16__8_.jpg2012-06-16__9_.jpg2012-06-16__11_.jpg2012-06-16__13_.jpg1IMG_0282.jpg

Dernier arrêt, mais non le moindre le Lac Tengréla.
2012-06-16__15_.jpg
En attendant notre guide, on prend une sucrerie auprès de la berge.
2012-06-16__17_.jpg 2012-06-16__18_.jpg
L'heure arrivée, on s'entasse dans une pirogue. Le guide pousse l'embarcation avec un long bambou.
2012-06-16__19_.jpg2012-06-16__21_.jpg
Au bout du lac, on aperçoit deux hippopotames.
IMG_0325.jpgIMG_0327_-_Copie.jpg
Oui, oui, deux hippos! Une maman et son petit. Enfin, surtout leurs oreilles et leurs yeux. On reste très loin. Le lac est très paisible, couvert de nénuphars. Le guide nous fait des colliers avec les fleurs.
2012-06-16__26_.jpg2012-06-16__28_.jpg2012-06-16__30_.jpg2012-06-16__31_.jpg2012-06-16__33_.jpg2012-06-16__36_.jpg2012-06-16__37_.jpg2012-06-16__38_.jpg2012-06-16__39_.jpg2012-06-16__40_.jpg2012-06-16__45_.jpg

IMG_0361.jpg

Pour le dîner, on se rend au McDonald.
2012-06-16__51_.jpg
Il s'agit d'un restaurant familial. Le nom est associé, sur l'enseigne, à l'image de Donald Duck, ce qui fait bien sourire. On y mange bien, des burgers pour ce soir.
IMG_0372.jpg
En plein repas, un orage éclate. La pluie entre de plus en plus dans le restaurant. Heureusement, la pluie dure rarement bien longtemps, ici, et on avait presque fini de manger.

Bonne nouvelle du soir, Marie-Christine a réussie à passer son examen de diplôme d'études de premier cycle (leur système d'éducation est calqué sur celui de la France).

17 juin. Dimanche tranquille. Je m'installe dehors pour lire et Olivia reçoit un collaborateur pour préparer une communication sur une étude qu'ils ont réalisée. En fin d'après-midi, je m'installe avec Awa, dans la cuisine extérieure, afin de la regarder cuisiner. Je la regarde travailler en silence, en partie pour ne pas la déranger, mais aussi parce qu'elle ne parle pas très bien français. Après un moment, c'est elle qui commence à me raconter des trucs. Je la relance parfois par des questions, sans me censurer. Elle me raconte d'abord des anecdotes puis, elle me parle de sa famille, du village, de la vie et de l'éducation. Elle me parle, avec joie, d'une sortie au restaurant organisée par d'anciens stagiaires, me dit que, même si elle s'ennuie de sa mère, c'est important de s'éloigner pour voir ce qu'est la vie, et réaliser à quelle point elle est dure. Elle me dit aussi que, c'est très dur quand "tu travaille fort, mais que tu es bon à rien", en parlant de son éducation. Awa a quitté l'école au niveau primaire. Elle me raconte aussi la fois où, alors qu'elle chicanait, à juste titre, le plus vieux de la famille, celui-ci s'est retourné, avec une roche et l'a frappée à la jambe. Elle m'a montrée la cicatrice qu'elle en porte. Elle m'a aussi dit, découragée, comment ses maîtres fermaient souvent les yeux devant les écarts de conduite des enfants. Et, malgré tout, elle m'a confiée, l'œil brillant, souhaiter reprendre l'école en septembre, en histoire.

En début de soirée, Olivia est venue me trouver à la cuisine, afin que l'on aille au marché. Puisqu'elle doit se rendre à Ouaga pour quelques jours, elle insiste beaucoup pour m'acheter pleins de bons trucs à manger. Une vraie maman. On en profite pour commander des poissons braisés. Un peu plus tard, je reviens, avec Marie-Christine, les chercher et en porter un chez Madame Héma Lorence.

18 juin. Lundi. Marie-Ève, qui a été malade la veille, est absente du travail en avant-midi. Une histoire rocambolesque d'insolation et de vomissement en plein marché. Heureusement, elle se porte tout de même bien. Par contre, comme mes fichiers sont sur son ordinateur, mon travail s'en trouve grandement ralenti. En milieu de matinée, Myriam arrive chez Munyu, en compagnie d'Anne, une coopérante française et la femme de Samuel. Myriam, de retour de Ouaga, m'a rapportée du chasse-moustique en cadeau. Joie! Anne, à la vue de mes jambes dévorées par les moustiques, a un élan maternel: "Tu mets quelque chose pour faire cicatriser ça? Je vais t'apporter de l'huile de lavande."

Posted by Travelling_rox 01:31 Archived in Burkina Faso

Email this entryFacebookStumbleUpon

Table of contents

Be the first to comment on this entry.

This blog requires you to be a logged in member of Travellerspoint to place comments.

Enter your Travellerspoint login details below

( What's this? )

If you aren't a member of Travellerspoint yet, you can join for free.

Join Travellerspoint